thé vert « Ispahan », sencha, hojicha et katmi d’Iran

thé vert « Ispahan », sencha, hojicha et katmi d’Iran

6,90

Présentation

The Popote vous aide à prendre soin de la planète : sachet alimentaire recyclable de 50g étiqueté des conseils de préparations

Composition : Sencha, hojicha, vergerette du Canada, rose, violette, Khatmi (mauve des marais), sarriette, thym citron, fleur de mauve

Poids 0.08 kg
Dimensions 13 × 7 × 5 cm

Ispahan est le nom d’une ville célèbre en Iran, un joyau d’architecture perse.

La khatmi, est une variété d’hibiscus cultivée en Iran et Afghanistan où elle est utilisée dans la médecine traditionnelle. Récoltées manuellement, les fleurs sont séchées au soleil.

Nous avons choisi leur parfum envoutant pour l’incorporer dans un mélange de 2 thés verts :

  • Hojicha, un thé Bancha grillé par nos soins contenant très peu de théine et dénué d’amertume.
  • Sencha Impérial du Japon, un thé brindille à la forte saveur végétale, frais et fruité.

Pour donner de l’ampleur à la saveur florale de la khatmi, nous l’avons associée à des pétales de roses de Damas, des fleurs de mauve et de la senteur de violette. Nous avons ajouté le piquant léger de la sarriette, la force du thym citron et les vertus de la vergerette.

La tasse vert foncé, hume bon les fleurs. En bouche, la boisson est ronde, veloutée et d’une grande douceur. Peu théinée, cette infusion  de milieu de matinée ou d’après-midi, est apaisante.

Laissez-la infuser 3 mn dans une eau à 80°, retirez le thé et réservez les feuilles pour une infusion ultérieure dans moitié moins d’eau chaude, afin de profiter à nouveau de la saveur.

Ispahan est une ville située au centre de l’Iransur un plateau à 1574 m d’altitude. Elle est distante de 340km de la capitale actuelle, Téhéran. Son histoire commence en 1598 lorsque le Chah Abbas 1er (le roi), la choisit comme capitale. Il en fera son lieu de résidence et une étape importante dans la centralisation du pouvoir, dans un pays où différentes institutions se le disputaient.  Située au carrefour de routes commerciales importantes et stratégiques entre la Chine et l’empire Ottoman d’un côté, la Russie et le golfe persique de l’autre, la ville est une oasis au milieu d’un plateau aride avec des terres fertiles, un climat frais dû à l’altitude et la présence d’eau en abondance avec une rivière permanente, la Zayandeh Roud « rivière qui donne la vie », dont la présence a été déterminante pour la notoriété de la ville et son développement économique.

Lors de la construction de la cité royale, la situation géographique et la présence de la rivière, ont permis la création de nombreux réseaux artificiels utilisés dès le 17 ème siècle. Le gigantesque chantier architectural urbain voit le développement d’une place militaire stratégique.

Les ennemis jurés, Ouzbeks et futurs Ottomans, sont mis à bonne distance ; la route commerciale empruntée par les Néerlandais et la Compagnie des Indes Orientales y fait un passage obligé. En urbaniste rigoureux et autoritaire, le Chah a imaginé une ville aux caractéristiques clés, réunissant les composants de son pouvoir : le clergé est représenté par 2 mosquées, le commerce par le bazar Impérial et le pouvoir du roi par un palais, réunis autour d’une place verdoyante ceinte de  bâtiments commerciaux couverts, d’entrepôts et de bâtiments administratifs. C’est la place la plus grande du monde appelée Naghch-e Djahan, « le modèle du monde », rebaptisée Meidam-e Eman lors de la révolution islamique en 1979. Elle s’étend au milieu d’un complexe architectural étendu sur une surface de 9 hectares et l’UNESCO l’a classée comme Patrimoine mondial de l’Humanité en 1988. La ville, très organisée en îlots rectangulaires traversés par de longues allées bordées d’arbres, est une vitrine de l’architecture et de l’art raffiné de la dynastie des Séfivides.

En 2015, Ispahan est la troisième ville du pays et compte 15 universités pluridisciplinaires, islamiques, académiques, techniques et scientifiques. Plus de 50 centres de formation et d’orientation professionnelle en font le plus grand pôle d’enseignement de l’Iran. Deux aqueducs construits il y a quelques décennies, ont permis d’augmenter de 50% la ressource en eau de rivière avec la conduite de la rivière Kuhrang vers la Zayandeh. Mais, depuis les années 2000, la grande rivière est à sec sauf en quelques occasions, conséquence de la sécheresse et d’une mauvaise régulation de l’agriculture.

De la cuisine à la préparation d’un thé ou d’une tisane en mélange, il y a plus d’un pas !

Et pourtant, nous avons relevé le défi en décembre 2016. Modestement d’abord, puis au fil de l’apprentissage, nous avons été portés par le désir de créer des saveurs  originalescolorées et parfumées, jusqu’à proposer  à ce jour un peu plus de 60 mélanges de thés et tisanes. Les assemblages répondent aux souhaits du Chef : couleurs, formes, parfums et saveurs. Chaque ingrédient est choisi avec le plus grand soin. Huiles essentielles et arômes naturels complètent les recettes. Une collection spéciale baptisée « Infusions Calendaires« , inspirée du calendrier post-écologique de la Révolution Française est le fleuron de notre sélection. La création n’a de cesse et d’autres mélanges verront le jour sous la marque de The Popote®