Prunes de Parwan sèches d’Afghanistan, sachet de 200g

Prunes de Parwan sèches d’Afghanistan, sachet de 200g

19,00

Présentation

The Popote vous aide à prendre soin de la planète : sachet alimentaire recyclable de 200g de prunes de Parwan séchées 

Pour une conservation optimale, tenez le sachet au sec et à l’abri de la lumière. Refermez le après chaque utilisation

Poids 0.220 kg
Dimensions 13 × 7 × 5 cm

Une recette (pour 4 personnes) : la veille, mettez à tremper dans un peu d’eau 100g de prunes de Parwan. Ôtez si possible le lendemain le noyau et égouttez les fruits.

Parez et lavez 400g de petits champignons de Paris, égouttez. Écrasez au mortier 2 graines de cardamome, 6 baies de Timut ou de poivre de Sishuan, 1 clou de girofle, 1 petit morceau de cannelle.
Dans une poêle, faites revenir à feu moyen 1 oignon ciselé grossièrement dans 2 cuillères à soupe d’huile d’olive. Ajoutez 2 gousses d’ail écrasées et hachées, colorez à nouveau rapidement. Versez les prunes dénoyautées ou non, mélangez et réservez au chaud.
Remettez la poêle sur le feu légèrement graissée d’huile d’olive, jetez les champignons et assaisonnez du mélange d’épices, cuisez à feu vif jusqu’à l’évaporation de l’eau des champignons.
Baissez le feu de moitié sous la poêle et versez les prunes sur les champignons. Mouillez avec 1/2 litre de jus de pomme, ajoutez une petite cuillerée de concentré de tomates, 1 petite boîte de pois chiche en conserve égouttés. Dès que le jus épaissit, retirez du feu et servez dans des assiettes à fond creux. En saison, parsemez de pluches de cerfeuil et accompagnez d’une belle tranche de pain frit à l’huile.

Bon appétit avec nos petits Paris aux prunes de Parwan !

La prune de Parwan est unique au monde et cette variété n’existe qu’en Afghanistan. Il est donc improbable de les trouver autrement que séchées. Son goût est donc unique malgré sa ressemblance à un pruneau d’Agen. De couleur brun clair, sa saveur de différencie bien du célèbre pruneau. Généralement dans la cuisine afghane, on consomme la prune dans des plats en sauce ou plats de viande pour rehausser le goût. Elle apporte une touche acidulée au plat et de la légèreté fruitée. Le prunier qui donne cette prune se trouve sur les plateaux arides d’Afghanistan. L’hiver glacial laisse place à un été très chaud et sec. Ces conditions climatiques parfois extrêmes conviennent parfaitement à ce fruitier rustique. 

La prune de Parwan possède un noyaux plus gros que notre pruneau. Si vous la consommez comme une friandise, vous apprécierez sa saveur légèrement acide. Les notes anisées de sa chair ferme sont rafraîchissantes. Les qualités nutritives de la prune de Parwan sont les mêmes que nos prunes. Antioxydants, vitamine C, fer et magnésium, richesse en fibres sont des éléments qui favorisent le transit intestinal et un apport d’énergie salvatrice. Il est donc conseiller de consommer des prunes pour se faire du bien.

Pour les dénoyauter avant de les incorporer dans un jus ou un sirop, laissez les tremper une bonne heure dans un peu d’eau froide. Sinon, un simple trempage avant de garnir un rôti de viande ou de volaille suffira. Vous lècherez vos doigts tout en dénoyautant vos fruits imbibés de bonne sauce. Dénoyautées, glissez des prunes de Parwan entre 2 tranches de fromage fondant. Gratinez sous le grill et servez chaud avec un vin blanc  sec pour l’apéritif. Servez vous des prunes et Parwan comme vous le feriez avec des pruneau. 

La région de Parwan en Afghanistan est une région très montagneuses située à l’Est de ce grand pays à l’histoire mouvementée. Tout le pays produit des fruits dont la renommée provoque la quasi totalité de l’exportation de la production vers les pays voisins. Les guerres successives ont réduits considérablement les surfaces consacrées à l’agriculture conventionnelle vers une culture plus lucrative et rémunératrice pour entretenir les conflits : le pavot. L’Afghanistan est devenu le 1er exportateur mondial d’opium.
Alexander Burnes, un explorateur anglais du 19ème siècle témoigne de la richesse fruitière de ce pays. Il fournit dans l’un des ses ouvrages les richesses agricoles de ce pays de 652 090 km2, soit un peu plus grand que la France et peuplé à ce jour de 38 millions d’habitants  La capitale Kaboul, vinifiait du raisin donnant un vin proche du Madère. Les prunes de Parwan et de Boukhara, les poires de Peschawar, les figues de Kandahar et les mûres de Kaboul étaient exportés vers l’Inde, friande de ces fruits si abondants .

Ces villes, nous les connaissons à travers les événements tragiques liés à la guerre qui dure depuis des décennies dans ce pays au paysage varié et au climat rude. Des siècles d’enjeux économiques des divers puissances mondiales antiques et contemporaines, laisse de nos jours une population divisée, victime d’atrocités et de ségrégationnisme trivial et religieux . L’espoir de revoir leur pays en paix viendra peut-être des femmes de plus en plus représentatives. En 2005, un correspondant du journal britannique The Indépendant écrivait : « Elles n’ont pas de sang sur les mains et non pas été impliquées dans les atrocités qui ont marqué le pays. Elles sont moins corruptibles et détachées des liens tribaux. Ce dernier point est atout qui pourrait pousser les hommes à voter pour elles ».