Moutarde à l’hibiscus, sirop et fleurs d’hibiscus

Moutarde à l’hibiscus, sirop et fleurs d’hibiscus

8,50

Présentation

The Popote vous aide à prendre soin de la planète : Pot en verre à fermeture mécanique recyclable de 140g de produit net

Pour une conservation optimale, tenez au frais et refermez le couvercle après chaque utilisation

Notre moutarde Maison ne contient pas GLUTEN

Fleurs d’hibiscus, moutarde blonde, sirop d’hibiscus Maison, vinaigre de riz, sel, oignon, badiane, ail

Notre moutarde se remarque d’emblée par sa couleur violette intense, obtenue naturellement avec la fleur d’hibiscus séchée et réduite en poudre fine. Adoucie avec du sirop d’hibiscus Maison, le goût acidulé, presque fruité, se révèle dès la première dégustation. Ajoutons du vinaigre de riz, de la badiane et un peu d’ail et nous obtenons une moutarde douce, onctueuse parfumée, au piquant léger.

Profitez de cette belle couleur pour additionner notre moutarde hibiscus à un peu d’huile de colza grillée et un peu d’eau jusqu’à obtenir une crème nappante. Faites tiédir une assiette et dans le même temps, dans une poêle anti- adhésive, faites griller des pétoncles. Salez, poivrez, nappez l’assiette chaude de la crème à la moutarde, déposez les pétoncles rissolées, décorez de pluches de cerfeuil et servez aussitôt !

Les romains utilisaient déjà comme condiment le moût de raisin délayé avec des graines de moutarde, sous le nom de “moût ardent”. Si en France la ville de Dijon est la plus associée à la moutarde, Meaux ou Paris en fabriquaient elles aussi., comme toutes les régions vinicoles. En effet, pour ne pas gâcher le vin tourné, faire de la moutarde permettait de recycler sans gaspiller selon un principe simple :  broyer des graines de moutarde avec de l’eau, y ajouter le vin tourné, terminer avec des aromates ou d’autres ingrédients, parfois secrets.

Ensuite, celui qui fabrique moutarde doit penser au  pot. Au 18ème, les pots en faïence étaient très recherchés. Fermés hermétiquement avec un bouchon de liège recouvert d’étain, ces récipients étaient très prisés des collectionneurs. Quant à l’appellation “Moutarde de Dijon”, le tribunal correctionnel de Paris déboutera les fabricants bourguignons au titre que le nom “Dijon” correspond à la recette et non à la ville. Si en 1945 on recensait plus de 160 fabricants de moutarde, en 2002 ils n’étaient plus que 6.