huile infusée au basilic 25cl (macérât)

huile infusée au basilic 25cl (macérât)

11,10

Présentation

Composition: basilic séché, huile de tournesol, Huile essentielle de de basilic

The Popote vous aide à prendre soin de la planète : bouteille en verre coloré de type « huilier » de 25 cl avec bouchon de liège et munie de son bec doseur pour une utilisation aisée

Pour une conservation optimale, tenez le produit à l’abri de la lumière. Refermez la bouteille après chaque utilisation

DLUO : 6 mois puis 2 mois après ouverture

Poids 0.510 kg
Dimensions 5.5 × 5.5 × 20 cm

Issu d’une longue macération à basse température de feuilles et huile essentielle de basilic dans de l’huile de tournesol, notre produit se pare naturellement d’une belle couleur vert sombre due aux pigments de chlorophylle. Dès l’ouverture de la bouteille, le parfum unique de la plante se fait sentir.

Envie du parfum basilic dans une vinaigrette, un carpaccio ou un poisson cuit à la vapeur ? Notre macérât apportera le parfum et le goût velouté de la plante. Quelques gouttes en suspens sur un velouté de légumes sont du plus bel effet !

idée culinaire pour 4 personnes :

Faites préparer et désarêter 12 filets de sardine chez votre poissonnier. Sur chaque filet légèrement aplati, parsemez au moulin ou pilez des baies parfumées (voir notre collection sur ce site), telles les baies Malam, Timut ou Sansho.
Garnissez chaque filet d’une olive dénoyautée, 1 noix de cajou, 1 petit morceau d’oignon blanc, 1 tomate cerise un peu de sel. Roulez, fermez avec un cure-dent en bois et rangez serrés les filets dans un saladier à fond plat.

Faites chauffer notre macérât de basilic à environ 60° et nappez à hauteur les filets de sardine. Marinez 3 à 4 jours au frais et à couvert. Servez avec une salade de tomate dont la vinaigrette contient l’huile de la marinade et un vinaigre doux.

Le basilic, roi du pistou et du pesto !! Royal en tout, car l’étymologie de son nom latin « basilicum » se traduit par « royal » justement . Communément appelée « basilic officinal », « herbe royale », « basilic des jardins », cette plante originaire d’Asie porte le nom en Algérie de « oranger des savetiers (cordonniers) ». D’autres variétés très répandues parfument les cuisines de la Thaïlande, du Laos, de Taïwan, du Cambodge et du Vietnam.

La médecine ayurvédique fait l’éloge du « Tulsi » qui est le basilic royal. La pharmacopée traditionnelle lui reconnaît des vertus toniques, stimulantes, antivirales, anti-infectieuses et antispasmodiques. L’huile essentielle de basilic qui nécessite 10kg de plantes pour obtenir 10ml d’huile, est proposée en phytothérapie pour soulager les douleurs. La production de plantes pour cette huile précieuse au goût très fort, vient d’Inde, de Bulgarie, du Maghreb, du Pakistan et de l’Égypte. 

En cuisine, le célèbre « pistou » du mot niçois « pistar » (pilonner) fait différence avec le « pesto » de Ligurie. Et ne dites pas que c’est la même chose : vous risquez les foudres verbales des uns et des autres ! Comme pour toutes les herbes aromatiques, la cuisson atténue le goût et les principes actifs. C’est donc si possible cru que vous apprécierez le basilic. Pour ne pas oxyder les fragiles feuilles dans vos préparations, fractionnez-les à la main et non au couteau.