huile à la truffe 25cl infusée (macérât)

huile à la truffe 25cl infusée (macérât)

16,70

Présentation

Composition: huile de tournesol, arôme de truffe noire, lamelles de truffe d’été, trompettes séchées.

Poids 0.510 kg
Dimensions 5.5 × 5.5 × 20 cm

The Popote vous aide à prendre soin de la planète : bouteille en verre coloré de type « huilier » de 25 cl avec bouchon de liège et munie de son bec doseur pour une utilisation facile

Pour une meilleure conservation, tenez le produit au sec et à l’abri de la lumière. Refermez la bouteille après chaque utilisation

DLUO : 6 mois puis 2 mois après ouverture

Une infusion à basse température de truffe, trompette des morts et arôme naturel de truffe noire dans de l’huile de tournesol, nous a permis d’obtenir un macérât bien parfumé. Un léger dépôt délibéré repose au fond de la bouteille. La trompette des morts, incorporée en une poudre grossière, est retenue en partie au filtrage. L’association de ce champignon et de la truffe modifie légèrement la couleur du macérât. Vous l’apprécierez simplement en arrosant des rouelles chaudes de pomme en robe des champs, une grillade de bœuf ou un magret de canard. Elle parfume le brie truffé vendu dans notre fromagerie pour le plus grand plaisir des amateurs de fromages.

De Khéops à nos jours, la truffe fascine mais reste mystérieuse. Personne ne peut dire vraiment où et quand son histoire a commencé. Longtemps, la provenance de ce que l’on considérait comme un tubercule noir était attribuée soit au malin, soit à des événements climatiques particuliers. Ainsi Plutarque, philosophe grec au 4ème siècle avant J.C., attribuait sa conception aux orages de l’automne. Trois siècles plus tard, Théophraste, autre philosophe grec, supposait que la foudre était la créatrice de ce champignon. Ainsi, superstition et mysticisme l’ont banni très longtemps des tables.

Il faudra attendre que François 1er introduise la consommation de truffe à la cour. Il sera imité par par ses descendants. Sous le règne de Louis XIV, la truffe devient un produit de luxe et sera l’objet de convoitises pour de possibles vertus aphrodisiaques. Mesdames de  Pompadour et Montespan, favorites du Roi, la considéraient comme substance à échauffer les esprits et les passions.

Jusqu’au XVIIIème siècle, on ne sait toujours rien de plus et les légendes vont toujours tenaces. Les « ronds de sorcières », que les truffiers recherchent pour y trouver souvent le champignon noir, seraient le signe du passage de ces dames, réunies au pied d’un grand chêne pour y danser la nuit entière, et laissant au petit matin, un brûlé en forme de rond.

Pour finir, retenons cette citation de Brillat Savarin, épicurien célèbre : « Qui dit truffe prononce un grand mot qui réveille des souvenirs érotiques et gourmands chez le sexe portant jupe, et des souvenirs gourmands et érotiques chez le sexe portant barbe ! »

Alimentaires ou médicinaux, les macérâts huileux sont préparés depuis l’Antiquité. Les romains préparaient le plus ancien et le plus connu avec le Millepertuis dans de l’huile d’olive vierge.

Un macérât est donc l’infusion à chaud ou à froid de plantes dans une huile qui devient le réceptacle de son parfum, de son goût et d’une partie de ses principes actifs. La macération longue et douce vous offre des huiles parfumées et colorées. Humez le parfum qui s’en échappe et appréciez à chaque utilisation le goût restitué de la plante macérée.