« shichimi toragashi » en pot, épice maison

« shichimi toragashi » en pot, épice maison

7,50

Présentation 

The Popote vous aide à prendre soin de la planète : pot en verre recyclable à fermeture mécanique de 30g de produit net et étiqueté de la composition

Mélange d’épices SANS GLUTEN à tenir au sec et à l’abri de la lumière

Que contient notre recette ?

Notre Sishimi toragashi est une version d’un mélange d’épices très usité dans la cuisine japonaise. Conçu par un herboriste nippon, celui-ci était destiné à la médecine traditionnelle. Le parfum dominant est celui de la baie de Sansho, un faux poivre de la famille des Xanthoxilum. Cette baie développe des arômes puissants d’agrumes aux effets anesthésiants. Exceptionnel, onéreux et rare, il est en bonne place dans notre mélange à la fois pimenté et légèrement sucré.  Sa couleur rouge est due au paprika et la présence de graines en poudre en fait un liant léger pour des jus de viandes, des sirops à fruits. Son vaste champ d’utilisation offre un imaginaire culinaire et un voyage vers des recettes du soleil levant.

Poids 0.180 kg
Dimensions 8 × 5 × 5 cm

Une petite recette : Épluchez au couteau à dents fines un petit ananas, coupez le en tranches de 2cm d’épaisseur, ôtez le cœur des tranches que vous réservez. Dans une poêle, réalisez un sirop en faisant bouillir  200g d’eau, 100g de sucre, la moitié de votre sachet de Shichimi, les cœurs d’ananas. Réduisez et filtrez.

Cuire à feu doux les tranches d’ananas sur les deux faces, disposez dans un moule, nappez de sirop et recouvrir d’une pâte feuilletée. cuire dans un four à 200° pendant 20mn. Finir la cuisson à 160° pendant 10mn en surveillant que le sirop ne caramélise pas trop. À la sortie du four, renversez comme une Tatin sur un plat de service (attention au sucre brulant), servez chaud en accompagnant d’une glace vanille

Petit conseil culinaire

Si nous devons vous donner un petit conseil, c’est d’utiliser pas à pas ce mélange. La force des arômes détenue par la baie de Sansho n’est pas surfaite. Dosez notre Shichimi avec modération et n’hésitez pas à goûter au fur et à mesure votre recette. La réussite d’un plat avec des épices tient à la subtilité décelée lors de la dégustation. Il vous en faudra peu pour parfumé avec exotisme des fruits frais, une tarte renversée à l’ananas. Saupoudrez légèrement une Chantilly de notre shichimi surmontant une glace au chocolat. Enfin, dans une émulsion composée d’huile d’olive, de purée de mangue et de ce piment aux 7 parfums, vous obtiendrez une vinaigrette de choix pour un carpaccio de Saint Jacques. Sachez que traditionnellement, le shichimi parfume udon et somen, des pâtes au blé tendre, spécialité multi séculaire de l’ile.

C’est à l’époque d’Edo, en 1625, que l’herboristerie Yagenbori, située dans le quartier de Higashi-Nihonbashi à Tokyo, inventa le shichimi togarashi (littéralement « piment aux 7 parfums« ). Ce mélange, parfois appelé yagenbori en référence à son inventeur, fut d’abord vendu dans les officines pour ses propriétés médicinales. Par la suite, les marchands ambulants le firent connaître aux quatre coins du Japon et il devint l’un des produits les plus vendus lors des fêtes de quartier où des dizaines de petits stands s’installent devant les sanctuaires ou les temples. D’autres fabricants se lancèrent alors dans sa production.